Conseil, Conformité et Validation
TÉLÉPHONE +39.051.531624
NOS BUREAUX

Lun - Ven 8:00 - 18:00

Adresse

via G. Matteotti 25/2 - Villanova di Castenaso (BO)

COVID-19 : Ce que je pense de cette période de crise

COVID-19 : Ce que je pense de cette période de crise

Nous savons tous maintenant qu’il s’agit d’une pandémie qui, associée à la crise sanitaire, entraînera une crise économique sans précédent. Ces jours-ci, nous naviguons à vue, en regardant l’aide qui peut venir du gouvernement, la situation de ses clients et l’évolution du contexte économique, en Italie et dans le reste du monde. J’ai eu l’occasion de réfléchir, j’ai pensé à l’histoire de Spai, aux sacrifices, aux erreurs, aux moments difficiles et à ceux de la croissance, j’ai essayé de les retracer, de comprendre ce qui se passe et d’être prêt pour les défis que nous allons affronter dans les prochains mois, ce ne sera pas facile.

La crise de 2008/2009

En décembre 2007, le Spai avait atteint le plus haut taux de fluctuation et, en même temps, le plus grand nombre d’employés. Juste à ce moment-là, un de nos techniciens avait décidé de nous abandonner et la chose la plus importante dans mes pensées était de réintégrer le poste vacant. La grande quantité de travail et ces urgences quotidiennes ne m’avaient pas permis de remarquer que les nuages d’une crise économique mondiale se profilaient à l’horizon. J’étais plongé dans le travail quotidien, dans la productivité, il me semblait que tout allait bien parce qu’à cette époque il y avait du travail et que la dernière période de crise se situait dans le troisième mois après l’ouverture de l’entreprise, en 1998.

Où avais-je tort ?

Une crise mondiale touche tout le monde, mais il y a sûrement ceux qui y sont préparés et ceux qui ne le sont pas. En revenant sur cette époque, les considérations que je peux faire maintenant m’amènent à identifier une série d’erreurs que j’ai commises à ce moment-là:

  • Mentalité d’artisan:
      • J’étais extrêmement calme, une réunion par an avec le comptable pour vérifier les performances de l’entreprise me semblait suffisante. Il n’était même pas nécessaire de comprendre ce qu’il vous disait, il lui suffisait de sourire et de répéter ces mots : « Fabio, même cette année tout va bien, nous nous sommes améliorés ». Un compte de résultat et un bilan sains.
      • Je me donnais trop de temps à produire et trop peu de temps pour administrer, cette partie du travail je le faisais pendant mon temps libre. Administrer était, à mes yeux, une perte de temps, improductif, j’avais l’impression de « ne pas travailler ».
      • Les seules activités administratives que je me donnais étaient la facturation, envoyer des heures au consultant d’emploi pour faire des enveloppes de salaire, enregistrer l’ouverture des commandes sur lesquelles télécharger des heures.
  • Nous étions un client unique, ou presque. Il y avait très peu de clients, mais ils étaient suffisants, car ils fournissaient continuellement une quantité de travail exactement mesurée aux ressources que je possédais. Je ne sentais pas la nécessité d’augmenter la clientèle, en outre l’activité commerciale n’était pas mon fort, je ne l’aimais pas, je ne me sentais pas à la hauteur de la porter en avant, elle me coûtait du travail et je la considérais comme une activité improductive. Ils étaient des alibis pour ne pas chercher de nouveaux travaux.
  • Nous étions à service unique. Dès la naissance de spai j’avais toujours offert le même service, aucune activité de proposition sur l’améliorer ou vérifier si on pouvait faire différemment pour augmenter le bénéfice. Si le client voulait quelque chose de différent, il me l’aurait dit et me l’aurait communiqué. Regarder autour de soi pour voir s’il y avait autre chose à offrir n’était pas productif, il était temps inutile, c’était des fantasmes d’enfants à éviter, parce que le travail est un travail et qu’il doit être fait comme il a toujours été fait. Les choses allaient bien, pourquoi les changer ?
  • Peu de planification. C’est ainsi que l’entreprise est née et elle a toujours bien fonctionné. La dernière fois que j’ai rencontré le comptable (quelques mois auparavant), il m’avait confirmé que tout allait bien, et cela fait dix ans que tout va bien. Peu importe que les nouvelles et les journaux annoncent un tsunami qui viendrait des États-Unis et frapperait le monde entier. Les affaires allaient si bien ici qu’il était impensable qu’elles puissent s’arrêter: nous avons continué à produire et à produire et à produire!

Puis un jour, je me suis réveillé, je devais préparer les transferts pour les salaires et, à ce moment-là, j’ai réalisé que j’avais peu, très peu d’argent. Mais comment, je me demandais, au début de l’année nous étions au sommet, et maintenant presque rien, que s’est-il passé ?! Il a suffi d’un contrôle pour se rendre compte que j’avais facturé peu ou pas du tout au cours des deux mois précédents. N’ai-je pas remarqué ? Oui, mais je me suis donné la réponse habituelle et confortable : cela peut arriver, je me rattraperai le mois suivant, je reviendrai à la facturation comme avant. Tout cela sans vérifier les commandes, et sans vérifier s’il y aurait vraiment quelque chose à facturer le mois suivant. Lorsque j’ai réalisé que la situation était grave, il était trop tard, je n’avais plus de liquidités, les clients n’avaient plus rien à me faire faire, car l’économie s’était arrêtée, je n’avais aucune idée quand cette situation reviendrait à la « normalité », si jamais elle le faisait. Comme si cela ne suffisait pas, j’avais découvert que je ne disposais pas du fonds de licenciement ordinaire, ma convention collective nationale ne le prévoyait pas. Les informations sur les amortisseurs sociaux étaient au-delà de ma compréhension, je me suis appuyé sur ce que j’ai entendu d’autres entrepreneurs, à la télévision, dans les journaux. La seule solution que je voyais à l’horizon était de réduire le personnel pour réduire les coûts. En fait, je me serais rendu compte que l’effet serait beaucoup moins efficace que ce que j’avais imaginé. Entre les indemnités de licenciement et les congés non payés, j’ai eu l’impression que le poids des frais de personnel n’avait pas diminué, avec une grande différence, cependant, une partie du personnel n’était plus là. L’argent continuait à sortir, mes employés ne faisaient plus partie de l’entreprise. Le pire, ensuite, a été de devoir renvoyer des gens qui ne le méritaient pas, une blessure qui m’a laissé une trace que je porte encore à l’intérieur.

La renaissance

On fait des sacrifices : on paie les salaires et on réduit le sien. Tiens bon jusqu’au mois prochain en espérant encaisser assez pour payer tout le monde. Et c’est ce qui s’est passé. Etait-ce de la magie, de la chance ou de la récupération ? Je ne savais pas, j’espérais juste que ça se continuerait comme ça, mais dans le doute, je n’ai rien touché. On allait de l’avant et le travail petit à petit augmentait, toujours plus rapide. Cela dépendait probablement du secteur commercial dans lequel je travaillais ou des branches sèches qui étaient tombées pendant cette période de crise, je commençais à me poser quelques questions et à envisager l’avenir avec plus de confiance. Je n’avais pas encore confiance, ça pouvait être une bulle et je ne voulais pas engager d’autres personnes et me retrouver ensuite dans la situation dramatique de les renvoyer à nouveau, je devais m’accrocher aux personnes que j’avais. C’était encore une erreur, car entre-temps la crise de croissance arrivait, trop de travail pour pouvoir y échapper avec les ressources actuelles. De nouveaux clients arrivaient aussi, que faire ? Abandonner et recommencer à fonctionner comme je l’avais toujours fait ou appuyer sur l’accélérateur et devenir ce que je n’avais jamais été auparavant ?

Les erreurs servent à apprendre, et la première leçon est la suivante : “une entreprise est comme un bateau qui se trouve près d’une chute d’eau. Si vous ne ramez pas, tôt ou tard, vous tomberez dans la chute, si vous commencez à ramer, plus vous le ferez avec difficulté et plus vous serez en sécurité.”. Une entreprise ne peut pas rester immobile si elle veut survivre, elle DOIT ramer! Bon, il était temps de faire le grand pas.

Nous sommes tous des êtres humains

Si nous examinons le passé, nous constatons que de nombreuses guerres, évolutions sociales, catastrophes économiques et années de prospérité ont souvent été le résultat de choix personnels des gouvernants qui ont dirigé les nations du monde. Le bien-être d’une nation ne devrait pas dépendre de l’humeur d’une personne, mais hélas, qu’on le veuille ou non, cela arrive beaucoup plus souvent qu’on ne le pense. La même règle s’applique aux entreprises. En effet, contrairement à la plupart des nations du monde, où l’avènement de la démocratie a ralenti ces exigences personnelles, dans les entreprises, c’est encore souvent l’humeur du propriétaire qui décide du sort. Vrai ? Faux ? Peu importe, c’est un fait. Les choses ne sont pas différentes pour la SPAI. La SPAI a été en sommeil tant que j’étais en sommeil, elle était en crise quand j’étais en crise et elle s’est développée quand j’avais besoin de me développer. En 2013, ma vie personnelle avait subi un grand changement qui nécessitait une augmentation de mes ressources financières. Il était temps de grandir, de dire au revoir au bébé pour faire place à l’homme.

Créer une véritable entreprise

La crise de la croissance a imposé des évaluations qui comportaient un certain risque. Le risque était que vous ne puissiez pas prédire l’avenir, mais alors comment le réduire ? Ce sont des actions qui, à mon avis, ont été et sont encore essentielles à la croissance d’une entreprise :

  1. Choisir les bons collaborateurs. Certaines personnes pensent que c’est juste une question de chance, d’autres que cela dépend de la bonne sélection, c’est en fait un mélange des deux éléments. Il est certainement nécessaire de gérer cette activité de la manière la plus correcte possible, la relation qui existe entre les personnes qui travaillent au sein d’une entreprise et l’entreprise elle-même est trop forte. Il m’arrive souvent d’entendre d’autres entrepreneurs dire que leurs employés sont une masse d’incapables qui ne peuvent que demander et se plaindre. Même si c’était vrai, ils étaient probablement ineptes lorsqu’ils ont été engagés. Une erreur peut se produire, mais si tout le monde est comme ça, à qui la faute ? Qui est né inepte ou qui l’engagé?
  2. Les critères de sélection que nous utilisons pour nos employés doivent également être utilisés pour les partenaires externes. Toutes les entreprises modernes ont besoin au minimum d’un comptable, d’un conseiller en matière de travail et d’un ingénieur en systèmes informatiques. D’autres ont besoin de plus de fournisseurs pour prendre en charge les activités de production et autres. Tous ces partenaires doivent être choisis avec soin, les mêmes principes s’appliquant à eux que pour le choix des employés. La seule clé ne peut pas être le coût le plus compétitif. Il est important de savoir combien ils sont disponibles, fiables, proactifs, structurés, rapides, technologiques. Leur erreur se transformera en votre erreur et le fait d’élever la voix ne vous aidera peut-être pas.
  3. Analyser bien la situation. Passez du temps à poser les bonnes questions, à chercher les réponses qui ont quelques fondements et ne vous arrêtez pas immédiatement à celles qui nous conviennent le mieux, faites beaucoup d’autocritique. Trouvez votre propre cricket parlant.
  4. Créer des outils de gestion d’entreprise et les utiliser. Peu importe d’avoir un PC si on ne l’allume pas Il est préférable d’utiliser un stylo et un pare-balles. L’outil en lui-même ne mène nulle part, vous devez d’abord vous poser des questions qui aident à définir l’outil dont vous avez besoin. Qu’est-ce que je veux surveiller et pourquoi ? Quel est mon temps de réaction ?
  5. Utiliser le passé comme guide sans être lié par lui. Dans une société en mutation comme celle dans laquelle nous vivons, l’expérience n’a plus le même sens qu’autrefois. L’expérience est liée à des phases précises, après ces phases l’expérience utile prend fin. Cependant, nous ne devons pas oublier, nous devons nous souvenir de l’expérience d’une phase si et quand elle se reproduira.
  6. Définir les priorités mais ne pas tout miser sur elles seules. Créer également des projets à long terme pour permettre à l’entreprise de progresser dans le temps.
  7. Écouter attentivement les besoins des clients.
  8. Augmenter votre compétence.
  9. Investir dans la technologie en fonction de votre disponibilité et de vos objectifs.
  10. Tout faire pour éviter les erreurs du passé.

Nouveaux nuages à l’horizon

L’information est très importante. Il est fondamental d’écouter ce qui se passe autour de nous, et encore plus d’écouter les bonnes sources. Parfois, par contre, nous nous attardons beaucoup sur ce qui semble avoir une corrélation immédiate et directe avec notre monde et nous ignorons d’autres informations « de détail », que nous laissons aller comme des mots au vent. Un matin, il y a quelques semaines, ma mère m’appelle et me dit: “ avez-vous entendu parler de ce qui se passe en Chine ?” Je le liquide en deux mots en lui disant de ne pas s’inquiéter, qu’il s’agit d’un autre continent, un pays éloigné d’ici, que tout se mettra en place rapidement et qu’il n’y a aucun danger pour nous.

Le lendemain, il me rappelle et me dit: “tu as entendu que les banques sont en crise, on va tout perdre ?” Ennuyé, j’essaie de la rassurer, le système bancaire est stable et surprotégé, je lui dis. D’autre part, j’écoute des sources beaucoup plus autorisées… Mais j’ai un doute. Au bout de quelques jours, même mes sources les plus fiables commencent à s’intéresser au coronavirus qui se répand en Chine. Tout le monde est maintenant au courant de ce danger potentiel, mais il semble que ce ne soit qu’un problème chinois, nous sommes trop bons par rapport à eux, nous nous en sortirons sans problème. Pour les Chinois, c’est un problème parce qu’ils ne savent pas le gérer, pas pour nous, nous avons la situation sous contrôle. Pendant ce temps, à la télévision, ils commencent à montrer les contre-mesures prises également dans les pays occidentaux, ils commencent à mesurer la fièvre à ceux qui viennent directement de la région de Wuhan, certaines contagions en Corée du Sud, au Japon…. Aujourd’hui, même un enfant sait que, pendant l’incubation, une maladie ne présente aucun symptôme. Le virus a donc pu voyager sans être dérangé entre les avions et les bateaux, traverser les frontières et bientôt faire le tour du monde. Le reste est chronique de nos jours.

Fabio Farneti

Photo de pasja1000 sur Pixabay

Continuez avec le deuxième épisode du journal